Le Centre de recherche

Nos tutelles

Rechercher




Accueil du site > À la une > Voir les articles de Une précédents

La photosynthèse, une nouvelle source d’énergie électrique

Communiqué de presse national du CNRS

La photosynthèse, une nouvelle source d'énergie électrique

La photosynthèse est le processus par lequel les plantes convertissent l’énergie solaire en énergie chimique. En présence de lumière visible, le dioxyde de carbone (CO2) et l’eau (H20) sont transformés en glucose et en dioxygène (O2) dans une série complexe de réactions chimiques. Les chercheurs du Centre de recherche Paul Pascal (CNRS) ont mis au point une biopile qui fonctionne à partir des produits de la photosynthèse : le glucose et l’O2, et qui est composée de deux électrodes modifiées avec des enzymes. Cette pile est insérée dans une plante vivante, dans le cas présent un cactus.

Grâce à ces électrodes très sensibles à l’O2 et au glucose, une fois implantées dans le cactus, les chercheurs ont réussi à suivre l’évolution de la photosynthèse in vivo en temps réel. Ils ont pu observer l’augmentation du courant électrique lorsque qu’une lampe est allumée et une diminution lorsque celle-ci est éteinte. Par ces expériences, les chercheurs ont aussi pu observer pour la première fois l’évolution du glucose en temps réel lors de la photosynthèse. Cette méthode pourrait offrir de nouvelles pistes dans la compréhension des mécanismes de la photosynthèse.

D’autre part, les chercheurs ont montré qu’une biopile implantée dans un cactus pouvait générer une puissance de 9 μW par cm2.Le rendement étant proportionnel à l’intensité de l’éclairage, une illumination plus intense accélère la production de glucose et d’O2 (photosynthèse), il y a donc plus de combustible pour faire fonctionner la biopile. Dans un futur lointain, ce dispositif pourrait éventuellement offrir une nouvelle stratégie pour transformer l’énergie solaire en énergie électrique d’une façon écologique et renouvelable

Au-delà de ce résultat, l’objectif initial de ces travaux est la mise au point d’une biopile pour des applications médicales. Elle fonctionnerait alors sous la peau de façon autonome (in vivo) en puisant l’énergie chimique du couple oxygène-glucose naturellement présent dans les fluides physiologiques. Elle pourrait ainsi alimenter des dispositifs médicaux implantés, tels que, par exemple, des capteurs autonomes sous-cutanés mesurant le taux de glucose chez les patients diabétiques.

Références :

From Dynamic Measurements of Photosynthesis in a Living Plant to Sunlight Transformation into Electricity, Victoria Flexer, Nicolas Mano, Analytical Chemistry, 15 février 2010.

Presse CNRS l Cécile Pérol l T 01 44 96 43 90 l cecile.perol@cnrs-dir.fr

Pour lire le communiqué de presse sur le site web du CNRS

Voir l’animation réalisée par Sébatien Chevalier