Le Centre de recherche

Nos tutelles

Rechercher




Accueil du site > Reserve Emploi / Thèse / Stages > Thèses 2006-2009 au CRPP : sujets proposés

Étude de l’assemblage supramoléculaire des cadhérines et dynamique d’adhésion

Directeur de thèse : Hélène Feracci

Les cadhérines constituent une famille de molécules impliquées dans les interactions cellulaires homophiliques dépendantes du Ca++. Leur expression est régulée de façon spatio-temporelle et de par leur activité d’adhésion sélective, il a été proposé que ces molécules ont un rôle essentiel dans le contrôle de différents événements morphogénétiques, tels la ségrégation cellulaire ou le maintien des structures tissulaires. Les cadhérines sont aussi impliquées dans certains phénomènes invasifs et métastatiques. Ce sont des molécules d’un très grand intérêt biologique, et il est capital d’en comprendre à la fois les propriétés structurales et le fonctionnement à l’échelle moléculaire. La façon dont les cadhérines interagissent est encore sujet à controverse et différents modèles sont proposés. Les cadhérines peuvent être groupées en types I et II sur la base de variations dans leurs séquences d’acides aminés. Bien que l’implication des cadhérines de type I dans l’adhésion cellulaire soit bien établie, ceci est loin d’être le cas pour les molécules appartenant au type II, ce qui laisse supposer que les propriétés d’adhésion des cadhérines varient au sein des différents groupes. Par reconstitution de molécules adhésives sur des particules, nous avons récemment caractérisé les propriétés dynamiques des cadhérines de typeI (EMBO, 2002 ; PNAS, 2004).

Projet de recherche Le projet de recherche consiste à :
- synthétiser différents fragments de cadhérine-11, prototype des cadhérines type II,
- mesurer la dynamique d’interaction à l’échelle unimoléculaire,
- exprimer, purifier les molécules entières et les réinsérer dans des bicouches lipidiques,
- effectuer des mesures sur les protéines incorporées dans des bicouches lipidiques ou dans des cellules, qui donneront accès à des informations complémentaires quant aux forces d’interactions mises en jeu sur des protéines membranaires. Les interactions entre cadhérines seront mesurées par des techniques différentes et complémentaires comme la chambre à flux laminaire ou la biomembrane force probe. L’ensemble de ces travaux (utilisant diverses approches de biophysique, biochimie et biologie cellulaire) devrait permettre d’avoir une vue plus complète du mode d’action des cadhérines, mais aussi de comment les propriétés physiques et chimiques des molécules de surface contrôlent l’adhésion cellulaire.