Le Centre de recherche

Notre tutelle

Conventionné avec

Rechercher




Accueil du site > À la une

Vers des implants médicaux énergétiquement autonomes

Vers des implants médicaux énergétiquement autonomes

Alimenter un système électronique comme un pacemaker en puisant l’énergie dans des fluides physiologiques pourrait révolutionner le développement d’implants biomédicaux. C’est déjà le cas des biopiles enzymatiques qui peuvent produire de l’électricité à partir de glucose et d’oxygène. La convergence de leurs performances croissantes avec la diminution des demandes en énergie de l’électronique permet maintenant d’envisager la construction d’appareils électroniques intégrables dans des organismes vivants.

C’est ce que viennent de réaliser des chercheurs du Centre de recherche Paul Pascal (CNRS), de l’Institut des sciences moléculaires (CNRS/Université de Bordeaux/Bordeaux INP), du Max-Planck Institute for intelligent systems et de l’Institute for microelectronics (Stuttgart). Ils ont mis au point une puce électronique pouvant être alimentée par leur nouvelle micro-biopile enzymatique implantée en conditions physiologiques, comme dans un organisme vivant. Une petite goutte de solution de glucose est même capable de faire marcher le circuit électronique pendant plusieurs heures !

Ces résultats sont publiés dans Lab on Chip.

Article publié dans Lab On chip Hot paper du 26 avril 2017

Article paru sur le site de l’Institut de Chimie

L’information a été diffusée le 12 octobre aux journalistes via la newsletter bimensuelle éditée par la direction de la communication et annoncée sur Twitter via le compte de l’INC https://twitter.com/INC_CNRS

Référence :

Andrew G. Mark, Emmanuel Suraniti, Jérôme Roche, Harald Richter, Alexander Kuhn, Nicolas Mano & Peer Fischer

10.1039/C7LC00178A

Contact :

Contact chercheur :

Nicolas Mano, Centre de recherche Paul Pascal – Pessac

Courriel : Nicolas Mano

Tél : 05 56 84 30 22